Aides à la reprise d’une entreprise

Aides à la reprise d’une entreprise

En matière d’entrepreneuriat, la reprise d’entreprise peut être un choix éclairé si l’on sait comment procéder. En général, un tel projet requiert un budget relativement élevé. Il existe cependant des aides pour la reprise d’une entreprise. Ces dispositifs seront salutaires pour les personnes qui envisagent de reprendre une société.

L’ACRE, un dispositif d’aide pour les repreneurs d’entreprises

Parmi les aides à la disposition des repreneurs d’entreprise, il y a l’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprises). Cette dernière a remplacé l’ACCRE depuis le 1er janvier 2019. Pour en bénéficier, un micro-entrepreneur doit réaliser une demande.

Ce dispositif propose une exonération temporaire de cotisations sociales. Il est valable pendant 12 ans. Pour bénéficier de cette aide, vous devez réunir quelques conditions. Il faut, par exemple, reprendre une entreprise en société ou en nom propre. Si l’activité s’exerce en entreprise, l’entrepreneur doit être conforme à certains critères (détenir une part sociale supérieure à un certain score, occuper le poste de dirigeant, etc.). Notez que cette aide ne concerne pas uniquement la reprise d’une activité. En effet, vous pourrez également solliciter l’ACRE pour un projet de création d’entreprise.

Aides pour la reprise d’entreprise proposées par BPI France

Pour une création ou reprise d’entreprise, vous aurez besoin de financements. Si vous ne disposez pas de fonds propres suffisants pour votre projet, pensez à solliciter une aide pour financer la reprise. Le BPI France propose notamment quelques dispositifs à destination des porteurs de projet de reprise d’activité.

Il y a, par exemple, le contrat de développement transmission. Celui-ci sert à faciliter le financement bancaire connexe à l’acquisition d’un fonds de commerce ou titres d’une entreprise. Il se présente sous la forme de prêt bancaire de 40 000 à 400 000 €.

On peut également mentionner la garantie transmission. Cette dernière, comme son nom l’indique, sert à garantir 50 à 70 % de l’emprunt sollicité pour l’achat de fonds de commerce et de titres de l’entreprise à reprendre.

Les aides de pôle emploi

La reprise d’entreprise ne s’improvise pas. La personne reprenant une entreprise doit tenir compte de divers paramètres. Il faut, entre autres, évaluer la viabilité du projet, et ce, quel que soit le secteur d’activité ainsi que la taille et le statut juridique de l’entreprise en question (PME, TPE, micro-entreprise, etc.). Une étude de marché s’impose alors.

Pour mener à bien ce projet entrepreneurial, le repreneur d’entreprise peut solliciter des aides financières adaptées à son profil. Le porteur de projet peut également demander des aides de pôle emploi à condition qu’il soit éligible aux indemnisations de cet organisme. Il s’agit là du maintien partiel ou intégral des allocations pendant une certaine période. Il y a également l’aide à la reprise ou à la création d’une entreprise (ARCE).

Les aides fiscales disponibles pour la reprise d’une entreprise

Créer ou reprendre une entreprise est loin d’être une mission anodine. Pouvant impliquer un budget conséquent, cela requiert un plan de financement adapté. En ce sens, les repreneurs d’entreprise peuvent bénéficier de certaines exonérations. Parfois, un chef d’entreprise qui reprend une activité est épargné de charges sociales bien définies.

Il y a également des réductions d’impôts inscrites dans le cadre d’une reprise d’entreprise. La création de société nouvelle qui va ensuite reprendre le fonds de commerce d’une autre entreprise ainsi que la reprise d’entreprise par prise de participation majoritaire durant une augmentation de capital peuvent donner lieu à ces avantages fiscaux.

Pour obtenir un accompagnement dans la création ou la reprise d’une entreprise, vous pourrez vous rapprocher d’un cabinet d’experts-comptables. En effet, un expert-comptable vous conseillera sur l’aide financière que vous pourrez obtenir en fonction de votre profil.

Laisser un commentaire